Page 1
Image

Röslein, Röslein, Röslein rot

Inspirer, humer, admirer, vénérer les roses de mon jardin. Et me revient ce poème de Goethe. « Röslein, röslein, röslein rot … » Classe d’allemand, 4ème 3, lycée du Fayet. Au pupitre, Frau Rivolet [lire rivolette]. Ich bin Ursula; mon prénom de cours que j’exécrais. Une détestation inversement proportionnelle à mon amour pour cette langue, transmise de manière si extraordinaire par cette femme. Du rouge profond de mon « Crimson red » au cuisse de nymphe de « Clair Matin », en passant par Blanche Colombe, Blue Lavander, César, Pink Cloud …
Crimson red

Crimson red, velours intense, parfum entêtant. LA rose

Clair matin

Clair matin, délicat comme le jour qui nait. Son bouton abricot devient cuisse de nymphe effarouchée, légère comme l’onde, pure, éphémère …

César

César, faussement rose, délicatement jaune, somptueuse

Pink cloud, ardant, arborescent, prolifique buisson de perles fuchsia

Pink cloud, ardant, arborescent, prolifique buisson de perles fuchsia

Image

Prom’nons-nous dans les bois …

?

Quel été indien, mes aïeux ! Nul besoin de prendre un billet pour le Canada, cette année. Partout en France, les arbres ont revêtu de somptueux habits d’automne. Le ciel s’empourpre pour un oui, pour un nom. Prom’nons nous dans les bois, pendant que le loup n’y est pas … Plus de mots. Place au regard. Admiration. Chutttt.

 

 

20151101_130308bis

20151101_164931bis

20151101_163323bis

20151101_130318bis

20151029_174615ter

Image

Monet, le maître des fleurs

Qui n’a jamais entendu parler des Nymphéas ? Pour ces toiles magistrales, Monet trouvait son inspiration dans son jardin même. Cinq photographes réinterprètent les jardins de Giverny et mon amour des fleurs n’a fait qu’un bond !

pivoines

Pivoines de mon jardin

Pour rendre hommage à ces merveilles, les œuvres de Monet et les jardins eux-mêmes, le Musée des impressionnistes, à Giverny a sollicité cinq photographes contemporains qui ont immortalisé les jardins du peintre en une exposition que je ne manquerais pas d’aller voir. Quatre vingt dix œuvres de Stephen Shore, Bernard Plossu, Henri Foucault, Darren Almond à  Elger Esser. « Photographier les jardins de Monet. Cinq regards contemporains« , jusqu’au 1er novembre 2015 seulement … Viiiite !